Vendredi 6 juillet 2007

Posedarje - Zadar

47,60 km - 3h45 

Camping Borik. 1 nuit: 178,50 k

Planche contact précédente (p) [1] 2 Planche contact suivante (n)

juillet. Arrivée à Zadar (1)
juillet. Arrivée à Zadar (2)
juillet. Arrivée à Zadar (3)
juillet. Arrivée à Zadar
juillet. Camping Borik
juillet. Camping Kristina (2)
juillet. Camping Kristina
juillet. Zadar (1)
juillet. Zadar (2)
juillet. Zadar (3)
juillet. Zadar (4)
juillet. Zadar (5)
juillet. Zadar (6)
juillet. Zadar (7)
juillet. Zadar (10)
juillet. Zadar (12)
juillet. Zadar (16)
juillet. Zadar (17)
juillet. Zadar (18)
juillet. Zadar (19)
juillet. Zadar (20)
juillet. Zadar (21)
juillet. Zadar (22)
juillet. Zadar (23)

Bonne nuit malgré le sol en terre. Je répare enfin la chambre à air de mon vélo qui se dégonflait doucemement (petite épine dans le pneu). Un dernier adieu à nos amis hollandais et nous quittons l'autokamp Kristina à 09h30. 

La route jusqu'à Zadar n'a pas grand intérêt. Les derniers kilomètres sont franchements pénibles (route droite bourrée de camions et voitures). 

Bertrand accuse le coup et pour remotiver les troupes je propose une invitation au restaurant. Peu après midi nous entrons dans Zadar.

Nous faisons un tour en ville. Il y a beaucoup de monde. Nous quittons la vieille ville pour le camping Borik qui se trouve à environ trois km du centre. C'est un vaste camping dans une pinède au bord de la mer. Pendant que je plante la tente les garçons vont faire les courses au magasin du camping pour le déjeuner (charcuterie, pommes). Ensuite nous allons prendre notre premier bain dans l'Adriatique.

Puis nous faisons un tour dans la très belle vieille ville de Zadar. 

Charmantes jeunes filles qui règlent la circulation à grand renfort de coups de sifflet ("ça  rigole pas" et il y a intérêt à obéir).                                              
Rencontre avec un groupe de quatre cyclotouristes. Pause à la terrasse d'un café pour se réhydrater et écrire quelques cartes postales. 

En quittant le bistrot Louis me signale sa roue arrière dégonflée. Je n'ai pas oublié ma trousse à outil au camping, en vingt minutes l'affaire est classée. Après avoir cherché et trouvé la boutique internet nous établissons la connexion avec Béatrice et Cécile sur Msn et Skype. 

Resto promis, resto du. Nous nous installons sur la terrasse d'une pizzeria dans une petite rue de la vieille ville.                                                            
A la tombée de la nuit nous regagnons doucement le camping

Louis et Bertrand se baignent avant de se coucher.