Mercredi 30 juillet
Landmannalaugar - Sud de Versalir, dans l'ouest de Saudafelle
58 km
Planche contact précédente (p) [1] 2 3 Planche contact suivante (n)

Islande 177
Islande 198
Islande 199
Islande 200
Islande 201
Islande 203
Islande 204
Islande 205
Islande 207
Islande 208
Islande 209
Islande 210
Islande 211
Islande 212
Islande 213
Islande 214
Islande 215
Islande 216
Islande 218
Islande 219
Islande 221
Islande 222
Islande 223
Islande 224

Ce matin le soleil brille et brillera toute la journée.  Le vent est quasiment nul, tout au moins pour ce matin.

Je quitte tranquillement le Landmannalaugar sous les coups de neuf heures.
Je roule sur la  F208 en direction du nord pour rattraper la F26. La F208 est agréable et plate. La tôle ondulée est toujours présente et je me plante quelques fois dans les passages sableux.

Ce sera la seule journée vraiment chaude (20/25°) pendant laquelle je pédalerai en tee-shirt.

 A chaque arrêt je suis assailli par des moucherons. Ils ne sont pas bien méchant mais se faufillent dans tous les orifices; je sors donc ma belle moustiquaire.

Un bout de piste en descente sévère, bourré de cailloux, m'oblige à freiner et atteindre la F26 en faisant du sur-places .

Sur la Sprengisandur j'ai droit à quelques centaines de km avant d'attaquer la piste.

Le vent se lève et souffle sur le côté.  Je suis déporté sur le bas-côté sableux dans lequel mes roues s'enfoncent.  Cailloux et tôle ondulée sont au programme.
Durant deux à trois kilomètres j'ai un vent furieux de face, je tiens à peine debout et ne peux que m'arc-bouter et pousser mon vélo sur le plat comme en montée. Je dois avoir l'air piteux car un 4x4 s'arrête pour me proposer de l'eau et une aide éventuelle.

Aucun abri dans ce paysage de pierres et de sable.

Passé le lac de Porisvatn, dans l'ouest d'un petit terrain d'aviation j'aperçois un bout de verdure et un ruisseau. Je pose mon vélo et pars en inspection sur une bonne cinquantaine de mètres de la piste et là je découvre une endroit charmant au bord d'un petit étang.
 Je suis un peu à l'abri du vent et j'ai encore du mal à monter ma tente.
 J'ai un petit lac à moi tout seul dans lequel je peux faire ma toilette, ma lessive (avec du savon biologique) en toute tranquilité.