Dimanche 10 août
Hveravellir - camping sauvage
55 km
Planche contact précédente (p) [1] 2 Planche contact suivante (n)

Islande 608
Islande 609
Islande 610
Islande 611
Islande 612
Islande 613
Islande 614
Islande 615
Islande 616
Islande 618
Islande 619
Islande 620
Islande 621
Islande 622
Islande 624
Islande 626
Islande 627
Islande 629
Islande 630
Islande 631
Islande 632
Islande 633
Islande 634
Islande 635

 Beaucoup de brume ce matin. Il fait froid et un petit vent glacial accentue la sensation de fraicheur.

 Juste après le réveil et avant le petit-déjeuner je vais prendre un bain chaud.
 Le plus difficile est de se déshabiller dans l'air glacial du matin, de même il faut faire attention de ne pas glisser en se dépêchant d'atteindre l'eau chaude. Et puis après il faut sortir, atteindre la serviette, se sêcher et s'habiller. Bref! C'est quand même un régal.
 Le froid me saisi et c'est emmitouflé dans tous mes vêtements et mes deux paires de gants que je prends mon petit-déjeuner.
 Avant de partir je me renseigne, auprès des membres de l'association Search-and-Rescue, sur la piste parallèle à la F35 qui part des Kerlingarfjöll. Pour eux il n'y a pas de problème.

F35

 Au bout de trente kilomètres j'arrive à l'intersection avec la F347. Je prends la piste sur cinq kilomètres et tourne à droite après le petit pont. Je rencontre deux 4x4 et me renseigne auprès d'eux sur l'état de la piste; l'un me dissuade alors que le deuxième me dit que cela paraît difficile pour un vélo mais pas impossible. Je continue sur quelques dizaine de mètres puis m'arrête pour réfléchir.
 Il y a déjà pas mal de cailloux, que sera la piste plus haut? Si je mets trois à quatre jours pour atteindre Gullfoss il me restera deux à trois jours pour visiter cette dernière , Geysir, Pingvellir et Reykjavik...si je ne casse pas de matériel. Donc c'est trop risqué pour seulement six jours.
Je fais demi-tour et reviens sur la F35...un peu déçu.

 J'ai perdu du temps avec ce détour. Quatre kilomètres plus loin je quitte la piste et me trouve un emplacement de rêve à quelques centaines de mètres en contrebas, juste au dessus du torrent Jökulkvisl.

 Il fait très beau et j'ai une vu magnifique sur les montagnes Kerlingarfjöll (Montagnes aux Sorcières) dans un silence merveilleux.