mardi 5 juillet 2011
Suisse: Gabi - Simplon - col du Simplon (2005m) - Brig - Visp - Raron - Niedergesteln
71 km

822
jolie perspective avant le départ
824
C’est Napoléon, qui fit construire la première route carrossable au Simplon.
825
grimpette matinale vers le col du Simplon
826
grimpette matinale vers le col du Simplon
828
petit détour pour éviter le grand axe routier
829
petit détour pour éviter le grand axe routier
830
petit coup d'oeil en bas
831
petit coup d'oeil en arrière
832
petit coup d'oeil en avant
834
circulation normale:serrage de fesses assurée
836
arrivée au col
837
l'Hospice du col dont la construction fût décrétée par Napoléon
840
l'Hospice du col qui autrefois servait de refuge pour les voyageurs
841
bientôt la descente
843

844
vue sur la vallée suisse
846
dans la descente
847
un dessin vaut mieux que...
848
arrivée sur Brig
849
dans la vallée
850
vue de mon bivouac
851
 mon bivouac



Départ 7h30
Il a plu cette nuit.
Ce matin grand beau temps frais.

Pas de mise en jambe, il faut attaquer les dénivelés à froid. Il me reste quelques 14 km de grimpette jusqu'au col du Simplon.

Je suis dans un état de stress permanent dans les tunnels.
J'entends arriver derrière moi ces camions mastodontes avec un bruit infernal. Ils croisent leurs congénères qui descendent du col à grande vitesse. Dans les virages je les entends arriver alors que ceux qui sont derrière moi s'apprêtent à me doubler sans les voir...j'ai les fesses blanches.

Décompression et retour au calme à l'arrivée au col du Simplon. Je bénéficie d'un magnifique soleil pour apprécier la superbe vue du col. Ultime et sublime récompense pour le cycliste.

Ensuite 24 km de descente vers Brig et la vallée suisse.

A Visp je fais le plein d'essence...pour mon réchaud.
Je retrouve avec grand plaisir les routes cyclables de Suisse.

J'observe les environs pour un éventuel emplacement de camping, mais rien d'intéressant ne se présente. Je ferais bien escale dans un camping mais, malgré la fatigue qui commençe à s'installer, l'idée d'une promiscuité ne m'enchante guère.
La vallée s'élargit et les possibilités de bivouac aussi. Des champs de maïs et de blé occupent l'espace. Je quitte la route et bifurque sur un chemin qui s'enfonce dans la campagne.
J'installe mon bivouac en bordure d'un champs de blé à l'abris sous une rangée d'arbres.
Il est encore tôt dans l'après-midi. Je me repose en observant le jour décliner doucement sur la magnifique vue qui se présente à moi.