samedi 9 juin
 Roumanie:  Lunca -  Campeni
97.16 km
Planche contact précédente (p) [1] 2 Planche contact suivante (n)

BILD4821
BILD4821
BILD4822
BILD4822
BILD4824
BILD4824
BILD4825
BILD4825
BILD4826
BILD4826
BILD4827
BILD4827
BILD4828 (2)
BILD4828 (2)
BILD4828
BILD4828
BILD4831
BILD4831
BILD4833
BILD4833
BILD4834
BILD4834
BILD4835
BILD4835
BILD4837
BILD4837
BILD4838
BILD4838
BILD4839 (2)
BILD4839 (2)
BILD4839
BILD4839
BILD4840
BILD4840
BILD4841
BILD4841
BILD4842
BILD4842
BILD4843
BILD4843
BILD4844
BILD4844
IMG_8011
IMG_8011
IMG_8012
IMG_8012
IMG_8014
IMG_8014

 Départ à 8h et il fait déjà chaud. Les villages sont toujours pouilleux ; les véhicules hippomobiles croisent les véhicules à moteur.

 La rivière Crisul Baita est jonchée de détritus.

  La petite route qui monte au col de Vartop (1200m) est bien agréable.
 Sans visibilité, dans un nuage de fumée noire, en pleine côte, le moteur au bord de l’apoplexie, une voiture double un bus. Nous retrouvons le kamikaze quelques centaines de mètres plus loin marchant tranquillement dans la forêt une tronçonneuse à la main.

 A midi, l’estomac en tenaille, nous nous arrêtons sur un emplacement de verdure et trouvons une place parmi les détritus de toutes sortes qui jonchent le sol.
 Après Campaneni, ville moche et puante, nous cherchons désespérément un bivouac. Olivier demande à une dame la permission de camper dans son jardin.
 Nous plantons nos tentes entre le poulailler et le chien de garde.
 Pour le dîner la gentille propriétaire nous propose une table, un banc et des cerises pour le dessert.

 Olivier m’assure que les poules se couchent à la nuit tombante. Ok ! Mais elles se lèvent au levé du jour. Résultats à cinq heures du mat les deux coqs se mettent à « chanter » et prennent le relais du clébard qui a gueulé une bonne partie de la nuit.