mardi 19 juin
Bulgarie: Kotel - Sliven
62,85 km

BILD5013
BILD5013
BILD5014
BILD5014
BILD5015
BILD5015
BILD5016
BILD5016
BILD5017
BILD5017
BILD5018
BILD5018
BILD5019
BILD5019
BILD5020
BILD5020
BILD5021
BILD5021
BILD5022
BILD5022
BILD5023
BILD5023
BILD5024
BILD5024
BILD5026
BILD5026
BILD5027
BILD5027
BILD5028
BILD5028
BILD5029
BILD5029
BILD5030
BILD5030
BILD5031
BILD5031

Très mauvaise nuit. Au loin des gens faisaient du bruit et parlaient fort, un chien aboyait et parfois quelques coups de feu ou pétard déchiraient le silence de la nuit.
Je suis resté sur le qui-vive pendant un certain temps.
Je me réveille avec le soleil. Je décide de ne pas attendre car il fait très chaud l’après- midi.

Après une bonne descente jusqu’à Kotel, histoire de profiter de la douceur matinale, la route s’aplanie avant de monter pendant une dizaine de km. J’ai faim, il n’est que 10h30 et le paysage est beau et paisible, je descends de mon vélo et m’assois sur une souche pour déguster du pain et du fromage.
Superbe descente digestive sur Silven. La ville est moche. Il est 12h30. J’ai mal aux jambes ; hier j’ai eu une bonne journée doublée d’une nuit épouvantable. Le Guide du Routard indique un petit hôtel sympa et bon marché.
Je m’y rends, sans coup férir grâce (encore une fois) à mon GPS.

Cette fois je ne me fais pas couillonner et lorsque la charmante réceptionniste secoue sa jolie tête de gauche à droite entraînant ainsi sa belle chevelure je comprends qu’il reste des chambres libres.

Je profite du temps libre pour nettoyer mon fier coursier. Le serveur du restaurant de l’hôtel va me chercher un sceau, une éponge et du liquide vaisselle, puis il m’indique un point d’eau.
Je suis surpris par cette amabilité peu coutumière dans ce pays.
Je dîne à l’hôtel (voir photos).