jeudi 14 juin
 Roumanie: Brasov - Pucioasa
95,87 km

BILD4935
BILD4935
BILD4936
BILD4936
BILD4937
BILD4937
BILD4938
BILD4938
BILD4939
BILD4939
BILD4940
BILD4940
BILD4941
BILD4941
BILD4942
BILD4942
BILD4943
BILD4943
BILD4944
BILD4944
BILD4945
BILD4945
BILD4946
BILD4946
BILD4947
BILD4947
BILD4948
BILD4948

 Au départ de Brasov je prends la route nationale sur 40 km en direction de Sinaia. 

 La circulation n’est pas trop dense. La route monte doucement jusqu’à Predeal (1045m) ensuite c’est la descente quasi non-stop jusqu’à Sinaia.
 A Sinaia je décide de bifurquer sur une petite route arborée et tranquille dans le parc naturel de Bucegi. La nationale, elle, continue sur Ploiesti et Bucarest.  

 J’évite autant que possible les grandes villes ; cela occasionne trop de stress. La petite route en question monte en lacets jusqu’à 1088m. Un malade en voiture me frôle à toute vitesse.
 J’effectuerai la descente dans un paysage alpin, dommage qu’il soit encore trop tôt pour le bivouac ; je fais quand même le plein d’eau de ma vache à eau de 4l à une des nombreuses fontaines en bord de route.

 Il y a de plus en plus de gitans sur le bord de route, soit à pied soit en carriole à cheval.
 La traversée de Moroeni est assez hallucinante. De grosses cylindrées traversent le village à allure soutenue parmi la population tzigane et notamment les enfants. Cette partie du village est d’une pauvreté sans nom.

 Il faut surveiller la route en permanence pour détecter assez tôt les trous de toutes dimensions qui constellent le bitume.
 De retour dans la vallée il fait chaud et les villages, tout en longueur et moches, se succèdent. Aucun espace sympa pour bivouaquer. Je commence à fatiguer.
J’interpelle un vieux monsieur tout maigre qui arrive tout juste chez lui sur un vieux vélo. Par geste je tente de lui demander si il est possible de camper dans le coin. Il me parle mais je ne pige rien évidemment, alors il appelle son voisin qui en quelques mots de français me fait comprendre qu’il est propriétaire d’un verger de l’autre côté de la route et que ce dernier et à ma disposition.

Une fois de plus je suis victime ;o) de la gentillesse et de l’hospitalité roumaine.