mercredi 13 juin
Roumanie: Sighisoara - Brasov
130 km
Planche contact précédente (p) [1] 2 Planche contact suivante (n)

BILD4902
BILD4902
BILD4904
BILD4904
BILD4906
BILD4906
BILD4907
BILD4907
BILD4909
BILD4909
BILD4910
BILD4910
BILD4912
BILD4912
BILD4913
BILD4913
BILD4914
BILD4914
BILD4915
BILD4915
BILD4916
BILD4916
BILD4917
BILD4917
BILD4918
BILD4918
BILD4919
BILD4919
BILD4920
BILD4920
BILD4921
BILD4921
BILD4922
BILD4922
BILD4923
BILD4923
BILD4924
BILD4924
BILD4925
BILD4925
BILD4926
BILD4926
BILD4927
BILD4927
BILD4928
BILD4928
BILD4929
BILD4929

 Réveil à 6h15.

Olivier doit prendre le car pour retourner en Belgique où l’attend sa femme et sa petite fille. Il est en état de stress jusqu’à ce que son vélo et ses sacoches soient dans le car.

 Je retrouve ma solitude.
 Pour atteindre Brasov je coupe par une petite route qui m’emmène à Fagaras. La route est très belle et très verdoyante. La circulation est quasi inexistante, la nature reste vierge de pollution…ceci explique cela !
 Au bout de quelques kilomètres je comprends la raison de cette faible fréquentation automobile: le revêtement se dégrade progressivement, le bitume laisse place à des gravillons qui sont remplacés par de la terre et des cailloux.  Sans compter les ornières et les monticules de terre en plein milieu de la route ; lesquels, je présume, servent à combler les trous.

 Je préfère évidemment ces routes un peu rock’n roll mais paisibles à leurs consœurs bitumées et bondées.
 Un berger retient ses chiens à mon passage.
 Les hommes répondent à mes signes de la main ; les femmes sont plus discrètes.

 La nationale qui va de Fagaras à Brasov est un peu plus fréquentée mais une bande continue sur le côté donne un sentiment de sécurité.
 La route est plate et un petit vent me pousse gentiment.
 Une quinzaine de kilomètre avant Brasov, un moment d’inattention et mon vélo tape dans une ornière, le choc fait bouger mon gps qui tape mon compteur lequel gicle de son socle et explose sur le bitume. Ce n’est heureusement que le compartiment des piles qui s’est ouvert .

 Avant de joindre l’Auberge de Jeunesse locale je me précipite vers un marchand de vélo, que j’avais repéré sur internet, pour acheter une béquille et un pneu souple.
 La béquille pour remplacer celle que j’ai démontée avant de partir afin d’alléger le vélo et le pneu pour remplacer celui que j’ai laissé à la maison. Deux grosses conneries à mon actif.